Trending

Comptabilité financière – Les principes comptables

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr

Comme nous l’avons vu dans Cinq minutes pour
comprendre la comptabilité
financière, il existe des règles concernant
l’enregistrement et la présentation des documents
comptables. Ces règles permettent de publier
des informations homogènes sur
l’activité, le patrimoine et le résultat des
entreprises. Voyons les principes à respecter
pour tenir une comptabilité. Ils sont énoncés dans le plan
comptable général et le code de
commerce. 1er principe, la régularité : c’est la conformité aux règles
et aux procédures en vigueur. 2ème principe, la sincérité : c’est la bonne foi de ceux qui
établissent les comptes. les comptables de l’entreprise ou son expert-comptable. 3ème principe, l’image fidèle :
la comptabilité doit refléter la vraie situation économique de
l’entreprise. Ces 3 principes sont à la base
de la mission du commissaire aux
comptes. Lors de son audit, celui-ci contrôle les comptes de
l’entreprise, afin de certifier ou non, qui
son régulier, sincère et donne une image fidèle de la
situation financière et du patrimoine de la société.

Autre principe, l’indépendance
des exercices : en comptabilité, l’activité de
l’entreprise se découpe en période de 1 an. Ce sont les
exercices comptables. En général, les exercices
comptables commencent le 1er
janvier et se clôturent le 31 décembre. Selon ce principe d’indépendance
des exercices, chaque opération doit être
rattachée à l’exercice auquel
elle se rapporte. Par exemple, si on paye une
assurance pour la période du 1er
avril au 31 mars, on ne peut comptabiliser que les
9 premiers mois sur notre
exercice comptable.

Et les 3 autres mois seront
comptabilisés sur l’exercice
suivant. Autre principe, l’intangibilité
du bilan d’ouverture. Intangibilité, ça veut dire
qu’on ne peut pas le modifier ? Le bilan d’ouverture d’un
exercice doit correspondre au bilan de clôture de
l’exercice précédent. D’ailleurs pour favoriser la
cohérence des informations
comptables au cours de ces exercices
successifs, on applique le principe de la
permanence des méthodes. C’est le code de commerce dans
son article 11, qui indique que la présentation
des comptes annuels et les méthodes d’évaluation
retenues ne doivent pas être changées
d’un exercice à un autre.

Ce principe facilite les
comparaisons dans le temps et
les statistiques. Passons au principe de prudence, il recommande d’enregistrer une
perte dès qu’elle est probable et de ne comptabiliser un gain
que lorsqu’il est certain. Cela évite de donner une vue
trop optimiste de la situation
de l’entreprise. Le principe suivant, le coût
historique : on comptabilise les actifs de
l’entreprise pour leur valeur d’origine, leur
coût d’acquisition. On ne modifie jamais le montant
d’origine qui a été comptabilisé même si celui-ci évolue au fil
du temps. Cette règle concerne en
particulier l’immobilier, puisque les constructions et les terrains ont vu leur
valeur augmentée
considérablement. Mais, les normes comptables
internationales divergent sur ce point avec les
principes comptables français. Elles utilisent plutôt la notion
de “fair value” ou “juste valeur” qui indique la valeur des actifs
le jour où on établit les
documents comptables.

Ces normes internationales
s’adressent à des investisseurs qui veulent savoir combien
valent les actifs aujourd’hui et non pas leur coût d’origine. Toujours en rapport avec
l’évaluation des biens, on trouve le principe de la
continuité d’exploitation. On présume que l’entreprise
poursuivra son activité lorsqu’on évalue ses biens. Si
ce n’était pas le cas, on valoriserait l’entreprise en
valeur de liquidation. Le principe de non-compensation
: en comptabilité, on ne peut pas
compenser un passif par un
actif, ni une charge par un produit. Par exemple, si un client me
doit 3 000 € et que je dois 500 € à un
fournisseur.

Je dois faire figurer ma créance
et ma dette dans mes documents
comptables. Je ne peux pas les compenser en
une créance de 2 500 €. Le respect de ces principes
permet d’avoir des informations financières
compréhensibles et comparables
par tous. Pour plus d’informations sur
certains points, rendez-vous dans Cinq minutes
pour comprendre le bilan ou Cinq minutes pour comprendre
le compte de résultat..

As found on YouTube