Trending

LE KEYNESIANISME | DME

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr

Bonjour et bienvenu dans cette nouvelle vidéo
de Draw My Economy. Je vous avais proposé de voter sur mon site
drawmyeconomy.com pour choisir le sujet abordé aujourd’hui et le keynésianisme a gagné
avec une très large majorité. Je vais donc vous parler du keynésianisme. Keynes fonda le keynésianisme à partir d’une
opposition aux classiques et aux néoclassiques. Il aura d’autant plus de facilité à le
faire que ceux-ci n’ont pas su prédire la crise de 29 ni y apporter de remède. Le keynésianisme tourne autour de quatre
thèmes principaux. Tout d’abord, alors que les classiques pensent
que l’offre est à l’origine de la croissance (l’offre créée sa propre demande dira Say),
les keynésiens pensent que la demande est l’élément central de la croissance économique. Le second thème est une conséquence du premier.

Alors que les classiques sacralisent l’épargne,
qui permet d’investir et donc de stimuler l’offre, le keynésianisme glorifie la consommation
qui est la source de la demande. Pour Keynes, si la demande est forte, l’offre
trouvera toujours du capital pour financer les investissements. Mais attention: Keynes ne souhaite pas la
consommation à n’importe quel prix. Il est par exemple opposé à des hausses
de salaire décidées par l’Etat car la hausse des salaires alourdit les charges des
entreprises et n’est donc pas en faveur de l’investissement. Troisième thème, les marchés ne conduisent
pas naturellement à l’optimum économique. Le marché conduit en effet à un blocage
des prix à un minimum qui est celui où l’entreprise ne fait plus de bénéfice.

Si l’entreprise augmente ses prix, elle
perd ses parts de marché. Si elle baisse ses prix, elle perd de l’argent
et finit par faire faillite. Le marché rigidifie donc les prix et le cycle
économique ne se traduit pas par une alternance inflation déflation mais par une alternance
sous-emploi – suremploi de l’outil de production. Ceci étant valable sur le marché des biens
et services mais également sur le marché du travail. Contrairement aux classiques, les keynésiens
pensent que l’ajustement ne se fait pas par une baisse des salaires mais par une hausse
du chômage.

Conséquence des trois premiers thèmes, Keynes
donne un rôle central à l’Etat. En cas de chômage élevé ou de ralentissement
économique, celui-ci doit augmenter ses dépenses sans augmenter les impôts. Une augmentation des impôts aurait pour conséquence
de réduire la dépense privée. En appliquant cette politique, l’Etat augmente
la demande globale ce qui permet une reprise de la production et donc une baisse du chômage. Keynes pense même que cette reprise de la
production est supérieure à la dépense publique. C’est ce qu’on appelle le multiplicateur
keynésien. Grâce au déficit budgétaire, l’Etat peut
donc faire disparaitre le chômage. Pour en savoir plus et choisir le thème de
la prochaine vidéo, je vous invite à aller sur mon site drawmyeconomy.com. En attendant, merci d’avoir regardé cette
vidéo, mettez-lui un pouce vers le haut, partagez là et abonnez-vous.

Vous pouvez aussi me suivre sur twitter et
sur Facebook..

As found on YouTube