Trending

Les 5 MEILLEURS investissements de ma vie (167/365)

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr

Les meilleurs investissements de ma vie, ça
a toujours été dans moi-même et dans mon business.
La plupart des gens qui sont devenus financièrement indépendants, voire riches, par leurs propres
moyens, sans toucher d’héritage, c’est souvent par l’entreprenariat qu’ils y
sont arrivés. Je vais partager avec vous les meilleurs investissements
que je n’ai jamais faits dans ma vie. Ça tourne beaucoup autour de l’entreprenariat.
Le tout premier investissement génial de ma vie a été d’acheter mon premier ordinateur
à 14 ans. C’était en 1995. A l’époque, j’ai quasiment vidé toutes
mes économies, l’argent que ma famille me donnait à Noël.
Je devais avoir 1 200 euros ou 7 000 francs. J’ai tout dépensé pour acheter mon premier
PC, un véritable ordinateur. Avant à la maison, on n’avait jamais eu
d’ordinateur. Des amis m’avaient prêté. L’un m’avait prêté un MO5, et l’autre
m’avait prêté un Atari ST. C’étaient des petits ordinateurs.
Avec ça, je ne faisais pas grand-chose. Je m’en servais surtout comme console de jeu,
même si j’avais fait de la programmation avec le MO5.
Mais un véritable PC à l’époque, c’était une machine qui permettait de faire énormément
de choses.

En 1995, ce sont des machines qui étaient
beaucoup moins puissantes qu’aujourd’hui, mais il y avait quand même un lecteur CD,
un écran, 8Mo de mémoire, un disque dur de 150 Méga.
Il n’y avait pas de connexion internet, mais on pouvait déjà faire pas mal de trucs
avec. C’est sur cet ordinateur que j’ai acheté
que j’ai développé des compétences informatiques qui étaient vraiment au-dessus de la moyenne
par rapport à quelqu’un de mon âge. Ça m’a appris énormément des choses.
Et c’est grâce à ces compétences que j’ai appris sur ce premier ordinateur que
j’ai pu avoir les compétences pour créer ma première entreprise dans les services
informatiques à 19 ans. Ce qui m’a donné la confiance nécessaire
pour arrêter l’école à 18 ans et pour créer ma première boite à 19, c’est tout
simplement un des meilleurs investissements que j’ai fait de ma vie.
C’est que quand avec un de mes quelques amis que j’avais, on s’est rendu compte qu’on
dépannait régulièrement des problèmes informatiques de personnes pour qui ça semblait
insurmontable et que nous résolvions facilement.

On s’est dit : pourquoi on ne gagnerait
pas de l’argent avec ça ? On a décidé de tester notre idée, on a
fait un investissement. On a payé une petite annonce dans un journal
d’annonce local pour tester notre idée. Cela nous a coûté 60 francs, 30 francs chacun.
Et ça nous a ramené 5 000 francs de chiffre d’affaires en un mois, c’est-à-dire 2 500
francs chacun. Ça restait un des meilleurs investissements
de ma vie aussi. J’ai investi un tout petit budget qui n’était
pas si anecdotique que ça par rapport à ce que j’ai gagné à l’époque puisque
j’avais 50 francs d’argent de poche par semaine. Ce n’était pas rien.
C’était pour faire un test concret de mon idée. Et ça a été un des meilleurs investissements
de ma vie puisque derrière, ça m’a donné la confiance nécessaire pour créer ma boite
et tout ce qui s’est enchaîné derrière. Le troisième meilleur investissement de ma
vie, ça a été d’investir dans mon entreprise. J’ai démarré avec 100 000 francs à l’époque,
cela fait à peu près 15 000 euros. J’ai eu 25 000 francs de prêt de la banque
et 2 prêts différents de 25 000 francs d’une structure de financement d’entreprise dont
j’ai fait partie après, j’étais un jury qui déterminait si on octroyait les prêts
ou pas, et un qui était une aide du gouvernement mais via cette structure.
Et j’ai eu 25 000 francs d’apport personnel, sauf qu’à l’époque, je ne les avais
pas.

Donc, j’ai pris mon bâton de pèlerin et j’ai appelé tous les membres de ma famille
pour leur demander de me prêter ce qu’ils pouvaient.
Mes parents m’ont prêté de l’argent, mes grands-parents, mes oncles, mon parrain,
etc. J’ai vraiment sollicité tout le monde. Ce sont mes grands-parents qui ont apporté
le plus de cette somme puisqu’en général, ce sont eux qui ont le plus d’argent puisqu’ils
sont à la retraite et qu’ils ont déjà eu le temps d’économiser un peu.
Ce n’est pas de l’argent que j’ai amené directement, mais cet argent, je l’ai remboursé
parce que c’est de l’argent personnel. Evidemment, après, j’ai remboursé ma famille.
Je crois que je les remboursais en un an et demi, deux ans.
D’ailleurs, à chaque fois, j’étais allé voir chaque membre de ma famille en amenant
une bouteille de vin ou une bouteille de champagne pour fêter ça, pour les remercier de m’avoir
aidé.

Cet investissement, ça a été aussi l’un
des meilleurs de ma vie puisque j’ai failli planter cette entreprise au bout de 6 mois
pour plusieurs raisons : parce que j’avais sous-estimé l’argent dont j’avais besoin
et j’ai fait beaucoup d’erreurs. Je me suis fait arnaquer d’ailleurs puisque
j’ai investi de la publicité dans des journaux fantômes qui n’existaient pas vraiment,
qui étaient juste distribués aux annonceurs, ça ne servait à rien, et qui m’ont rapporté
zéro client. Malgré ces erreurs, j’ai quand même sollicité
mon entourage, les gens qui m’avaient accompagné pendant la création de mon entreprise.
J’ai eu un autre prêt de 25 000 francs, 6 000 euros, qui m’a suffi à mettre la
tête hors de l’eau pour que l’entreprise continue 10 ans.

Puis, au bout de 10 ans,
je l’ai vendu sous forme de 3 portefeuilles clients.
C’est encore un très bon investissement. Le 4e meilleur investissement dans ma vie
dans l’ordre chronologique, ça a été quand j’ai décidé de consacrer un budget
d’argent, puis de temps et de l’énergie puisqu’il faut aussi penser à ça quand
on investit. Le temps et l’énergie sont importants dans
la lecture d’un grand nombre de livres du Personal MBA.
Le Personal MBA est une liste de 99 livres extrêmement bien sélectionnés par Josh
Kaufman dans 24 catégories. Il a écrit un livre qui s’appelle le Personal
MBA dont j’ai eu d’ailleurs l’honneur de faire la préface de l’édition française.
Mais à la base, c’est une liste de bouquin.

Quand je suis tombé dessus, j’ai commencé
à lire quelques-uns des livres du Personal MBA. Ça m’a complètement changé ma vision
d’entreprenariat du monde, et je me suis dit que je vais me lancer un défi de lire
52 livres en 52 semaines. C’est comme ça qu’est née l’idée de
mon blog « Des livres pour changer de vie ».
Dans les premières chroniques de la première année, peut-être même la deuxième sur
« Des livres pour changer de vie », à la fin de chaque chronique de livre, il y a un
tableau où je dis le nombre de pages que j’ai lues en tout depuis le début des défis,
le temps que ça m’a pris pour lire, le temps que ça m’a pris pour écrire les
chroniques, et aussi le coût. J’ai dû mettre 1 000 euros de budget de livres pour
acheter ces livres-là. Ça a été aussi un des meilleurs investissements
de ma vie parce que tous ces livres m’ont apporté tellement de connaissances sans compter
tous les business que j’ai créé autour du blog « Des livres pour changer de vie
» parce que c’était mon premier vrai blog à succès qui m’a permis d’avoir cette
boîte que je gère toujours aujourd’hui et qui me permet de voyager 6 mois par an
dans le monde.

Le 5e meilleur investissement dans ma vie,
c’est quand j’ai démarré « Des livres pour changer de vie ». C’était déjà
mon troisième blog. Le premier avait été un méga échec « Technosmart
». Je l’ai laissé en ligne pour montrer au monde ce qu’il ne faut pas faire.
Le deuxième, c’est « Habitudes Zen » qui commençait à bien marcher, mais qui propose
des traductions d’articles d’un auteur américain. Donc, ce n’était pas ma voie.
Je n’étais pas satisfait. « Des livres pour changer de vie », c’était
mon troisième blog et je voulais vraiment cartonner.
J’ai fait aussi un investissement qui m’a fait beaucoup peur à l’époque. Pour la
toute première fois de ma vie, j’ai acheté une formation en ligne sur le web, une formation
du blogueur australien Yaro Starak sur le blogging en 2008 et qui coûtait 350 dollars.
Je n’avais jamais dépensé ne serait-ce que le début de cette somme dans une formation
en ligne. J’étais quand même assez effrayé. Je
me demandais si c’est de l’arnaque.

Je me rappelle encore. J’étais là avec
la carte bleue en train de lire la page de vente en me demandant si c’est de l’arnaque
ou pas. Puis, finalement, je l’ai acheté parce qu’il y avait une garantie, il y a
avait des témoignages. Le mec était un blogueur connu.
Cette formation m’a mis le pied à l’étrier et m’a évité de faire beaucoup d’erreurs.
Honnêtement, avec le recul aujourd’hui, c’était une formation assez basique. C’est
juste au format texte, il n’y avait pas de vidéo.

Le contenu était simple. Mais
il y a eu un ROI extraordinaire dessus. Un an plus tard, j’ai fait un autre investissement
qui m’était beaucoup plus élevé. Quand j’ai vu que le blog commençait à
décoller, j’ai pris un consultant marketing pour m’aider à le monétiser en lançant
le tout premier produit que j’allais lancer sur le web, ma formation « Agir et réussir
». Ce consultant marketing m’a vraiment mis
le pied à l’étrier et m’a aidé à aller beaucoup plus vite.
Il m’a aidé à faire mon premier lancement orchestré en sachant que j’avais déjà
acheté la formation pour faire ça.

Sauf que c’était une formation à 2 000 dollars,
beaucoup plus chère que celle de Yaro. Mais je n’avais pas appliqué du tout, j’avais
à peine suivi. J’avais procrastiné. Ce n’est pas bien. Quand même pour quelqu’un
qui vend de formation en ligne, c’est un peu un comble. Mais je suis comme tout le
monde, je suis humain. Bien sûr que ça m’arrive d’acheter des livres et de ne pas le lire,
ça m’arrive d’acheter des formations et de ne pas les suivre. Ça arrive à tout
le monde, je ne vous jette pas la pierre. Après, c’est sûr que quand vous investissez
dans une formation ou un livre, c’est mieux de mettre toutes les chances de votre côté
en essayant de l’appliquer au maximum. Et ma réussite, je le dois aussi au fait
que j’ai appliqué un maximum de choses que j’ai appris.

Et que quand j’ai acheté
un livre et une formation, je me donne vraiment les moyens de les mettre en pratique.
Ce consultant marketing, c’est Sébastien le marketeur français et qui est toujours
un entrepreneur aujourd’hui dans le marketing internet en France, en francophonie.
Quand on a décidé qu’on allait travailler ensemble, je pensais qu’on allait faire
le premier lancement de mon produit 6 mois plus tard. Pour moi, c’était la limite
de temps nécessaire pour que je puisse mettre tout en place.
On s’était vu à Paris dans un restaurant et il m’a dit que dans un mois, on va faire
mon lancement. Je l’ai regardé. Franchement, je suis tombé
des nues. J’ai fait : « Sébastien, ce n’est pas possible, je n’arriverais jamais
à faire ça ». Il m’a dit : « Ne t’inquiète pas, tu
vas voir. Dans un mois, ce sera fait. » Un mois, plus tard, c’était fait. Le chiffre
d’affaires du blog était passé de 300 à 3 000 euros par mois.
Avec le recul, c’était évident que j’étais prêt. Il me fallait juste le coup de pied
aux fesses, puis quelqu’un qui avait de l’expérience et qui pouvait prédire comment
ça allait se passer.

C’est lui aussi qui m’a donné un coup
de pied aux fesses pour que je mette un popup, une lightbox sur mon blog parce que dans ma
tête, les gens vont me détester. Ils vont me jeter des tomates dans la rue.
J’ai peut-être dû recevoir deux plaintes en un an, et on ne m’a jamais jeté des
tomates dans la rue. Ça a complètement multiplié par 4 ou 5
le nombre d’inscrits à mes mailing lists.

Donc, ça a complètement changé mon business.
Quand je prends chacun de ces investissements séparément, ils m’ont tous rapporté bien
plus d’argent que tous les autres trucs que j’ai fait jusqu’à présent à l’extérieur
de mes business, que ce soit l’immobilier, les trackers, tous ce dont je vous ai parlé
dans la vidéo de « Réponses à vos questions personnelles ».
Il n’y a rien qui a égalé le retour sur investissement que j’ai eu en investissement
sur moi-même, sur ma propre progression, sur mon amélioration et dans mon business.
Donc, pour devenir libre et indépendant financièrement, l’entreprenariat, c’est dur à battre
vraiment. Si vous voulez être indépendant financièrement,
c’est quand même compliqué de ne pas être entrepreneur..

As found on YouTube